Trésor de Blucina

Découverte en 1953 dans la région de Brno en République tchèque (Moravie). Celle-ci revêt un caractère exceptionnel par la quantité d’objets trouvés et la richesse de son propriétaire, cet ensemble est quant à lui daté du milieu ou troisième quart du V -ème siècle de notre ère. Ainsi l’on possède une documentation détaillée à son sujet, par fouilles relativement complètes pour cette époque.

Composition de l’ensemble et reconstitution :

L’ensemble de ces pièces est reconstitué au plus proche de la documentation archéologique, mais laisse une place à l’interprétation quant au positionnement de certains éléments de ce remarquable ensemble funéraire.

Les pièces sont ainsi reconstituées en laiton plaqué or et grenats ainsi que verroteries rouges imitant le grenat. En effet, la taille des cloisonnements ne permet pas de reconstituer l’ensemble avec les grenats du marché actuel.

La ceinture se compose d’une boucle en laiton cloisonnée de grenats et de nacre surmontée de clous en or et grenat. La pièce est quant à elle enchâssée dans une batte en fer. Cette pièce est similaire à des découvertes de la même époque telle que Kleinhüningen en Suisse, qui présente un modèle de fabrication similaire avec un boitier en fer.

Une ceinture complémentaire servant à la suspension de l’épée avec une boucle en argent et deux boucles réniforme plaqué or à visage humain. Le tout sert à la suspension de l’épée qui reste toutefois hypothétique dans le positionnement des boucles.

L’épée est une lame de 74 cm de long pour 6 cm de large en acier damassé trois barreaux torsadés. Elle est enchâssée dans un fourreau en bois de tilleul et cuir. La garde se compose d’un sandwich de bois et de plaques d’argent. Le manche est en bois et recouvert d’une tôle plaquée or à nervure. Enfin un pommeau à tête animalière en argent surmonte l’ensemble.

Le fourreau récit deux baguettes argentées décorées d’ocelles. Le système de suspension est maintenu avec des pontet cannelées en plaqué or et grenats. Des plaques décoratives réniforme complète l’ensemble. Au centre un élément décoratif à tête animalière complète le fourreau. Une boule en albâtre servait de décoration sur le fourreau, l’ensemble était maintenu par une coupelle en argent décorée.

La bouterolle du fourreau en terminée par U argentée et doré et une plaque décorative avec sa bouterolle de fixation en or et argent surmontée de grenat.

Un grand scramasaxe s’ajoute à l’armement. Il est maintenu avec un baudrier décoré de clou en plaqué or cloisonné. Le système de fermeture est assuré par une boucle à crochet en argent. Cet élément atypique est présent sur la documentation archéologique, mais non clairement documenté et reste donc hypothétique. On connait toutefois des systèmes d’agrafes similaires sur des époques antérieures et notamment porté par les légionnaires romains.

Le scramasaxe est une grande lame de 60 cm de long, maintenu par un pontet à l’arrière du fourreau dans le baudrier. Le fourreau en bois est recouvert de cuir et récit une série de décoration en verre rouge imitation grenat. La poignée du scramasaxe est quant à elle en bois avec un pommeau décoré de grenat. Cet élément est aussi une interprétation, car il aurait pu servir de pendant lié au baudrier et non au scramasaxe en lui-même.

L’ensemble était complété par une fibule cruciforme en argent, décorée d’ocelles, imitant les modèles romains. Enfin un bracelet en or et des boucles de chaussures en or et cloisonnés complétait le dispositif et son actuellement en cours de réalisation.

Association de reconstitution historique. Présentation des peuples germaniques à la cour d'Attila.